SAUVER LES JEUNES DU CHILI FACE À LA PRESCRIPTION FORCÉE DE PSYCHOTROPES

Le gala du 50e anniversaire de la CCDH
Le producteur/directeur Kevin Miller accepte de la CCDH le prix des droits de l’Homme
L’avocat texan Andy Vickery accepte de la CCDH le prix des droits de l’Homme.
La CCDH travaille avec la législatrice Cristina Girardi (à droite, en haut et en bas) pour atteindre les parents, les enseignants, ses collègues législateurs et les médias avec les faits ; des efforts résultant en une loi pour protéger les enfants d’être forcés à prendre des médicaments psychiatriques comme condition requise pour pouvoir aller à l’école.
Deux croisés se battent sans relâche pour les parents et les enfants afin de changer la loi chilienne et protéger les enfants contre les traitements psychiatriques forcés comme condition préalable pour aller à l’école.

En 2005, le Chili a mis en place le plus grand programme de dépistage dans les écoles sur la planète, avec plus d’un million d’enfants qui ont fait un test de dépistage de 2005 à 2015. Nombreux de ces enfants dépistés ont alors reçu une prescription de psychotropes. Il n’est donc pas surprenant que le pays ait le plus haut taux de suicide d’enfants âgés de 15 à 19 ans en Amérique latine, et la cinquième position au niveau international.

Jeanne Zuñiga, une assistante de la législatrice Cristina Girardi, savait qu’il y avait quelque chose qui tournait mal quand, lors d’un travail communautaire, elle a rencontré des parents bouleversés dont les enfants avaient été envoyés chez un psychiatre sans leur consentement. Elle et Girardi en ont pris note de nouveau lorsqu’elles ont trouvé de nombreux cas de parents menacés dont les enfants étaient refusés à l’école s’ils ne prenaient pas de psychotropes.

Les choses sont devenues personnelles quand le fils de Zuñiga a été étiqueté autiste et qu’on lui a prescrit de la Ritaline. Elle a commencé à faire des recherches sur les traitements, et a découvert la Commission des Citoyens pour Droits de l’Homme (CCDH). Elle a rapidement arrêté de donné ce psychotrope à son fils, et a trouvé des solutions alternatives.

Mais n’aider que son fils n’était pas suffisant. Elle a commencé à sensibiliser de plus en plus de secteurs pour informer les gens. Zuñiga et Girardi ont donné des séminaires pour les parents et les enseignants dans la capitale, Santiago. Cependant, quand les parents informés ont refusé de droguer leurs enfants, ils ont été menacés de voir leurs enfants expulsés de l’école. C’est ainsi que commença une mission afin de changer les lois du domaine de l’éducation au Chili. Les deux femmes ont rassemblé la documentation sur les faits concernant les médicaments psychiatriques et leurs effets sur les enfants et elles ont informé d’autres législateurs du Chili ainsi que le public. En 2016, en tant que membre d’un groupe de travail parlementaire, elles ont proposé des amendements pour changer les lois dans le domaine de l’éducation. Cependant, il a fallu des séminaires, les médias et des réunions pour briser le nuage de désinformation. Zuñiga et Girardi ont fini par atteindre plus de 2,1 millions de personnes grâce à plus de 180 séminaires et interviews avec les médias sur les chaînes de télévision nationales telles que CNN Chili, CHV Noticias et Channel 13. Le premier amendement pour les écoles publiques a finalement été adopté à l’unanimité en 2018, suivi par ceux pour les écoles privées en 2019. La prise de psychotropes n’est maintenant plus exigée pour qu’un enfant puisse aller à l’école. Grâce à Zuñiga et Girardi, les parents Chiliens peuvent maintenant choisir le traitement de leur enfant.



Bien que les électrochocs puissent sembler moins brutaux aujourd’hui (en photo) que ceux dans le film des années 70, Vol au-dessus d’un nid de coucou, les dommages sont les mêmes aujourd’hui... ou pire, à cause des relaxants musculaires.

PASSER À L’ACTION
Joignez-vous à notre croisade pour arrêter l’ECT

Joignez-vous à la CCDH pour mettre fin à cette pratique barbare de l’électroconvulsivothérapie (ECT), appelée aussi le traitement par électrochocs, dans le monde entier. Pour ajouter à la nécessité de faire entendre notre voix, l’Association américaine de psychiatrie recommande que les électrochocs soient utilisés sur les enfants et les adolescents qui n’ont « pas de réaction » avec les drogues psychiatriques. La Food and Drug Administration a approuvé que des électrochocs soient effectués sur des jeunes de 13 ans pour au moins trois « troubles », en dépit de l’absence d’essais cliniques des fabricants de machines à électrochocs afin d’en prouver la sécurité et l’efficacité.

Le traitement par électrochocs est un traitement archaïque inventé dans les années trente qui envoie des décharges électriques dans le cerveau, provoquant une crise d’épilepsie. Il est associé à de nombreux effets secondaires, y compris des pertes de mémoire à court et à long terme, des problèmes cognitifs, des symptômes maniaques, des crises d’épilepsie, des problèmes cardiaques, des lésions cérébrales et même la mort.

La CCDH mène une croisade pour arrêter l’utilisation d’électrochocs dans le monde entier. Pour en savoir plus et signer notre pétition : cchrint.org/electroshock.


METTRE UN TERME AUX MAUVAIS TRAITEMENTS

En tant qu’organisme de vigilance à but non lucratif dans le domaine de la santé mentale, la CCDH compte sur les adhésions et les dons pour remplir sa mission : mettre fin aux violations des droits de l’homme commises par la psychiatrie et assainir le domaine de la santé mentale. Pour participer au plus grand mouvement international pour la réforme de la santé mentale, rejoignez le groupe qui a aidé à promulguer plus de 180 lois visant à protéger les gens des mauvais traitements dans le secteur de la santé mentale.

TÉLÉCHARGEMENTS