LA CCDH DANS LE NEVADA OUVRE LES YEUX SUR LES ABUS DANS LE DOMAINE PSYCHIATRIQUE

La CCDH a fourni des informations importantes sur le domaine de la santé mentale aux législateurs du Nevada et leurs collaborateurs grâce à son exposition itinérante sur la psychiatrie montée directement dans le bâtiment du capitole.
La CCDH a fourni des informations importantes sur le domaine de la santé mentale aux législateurs du Nevada et leurs collaborateurs grâce à son exposition itinérante sur la psychiatrie montée directement dans le bâtiment du capitole.
La CCDH a fourni des informations importantes sur le domaine de la santé mentale aux législateurs du Nevada et leurs collaborateurs grâce à son exposition itinérante sur la psychiatrie montée directement dans le bâtiment du capitole.
L’exposition dans le capitole du Nevada dévoile la vérité sur les pratiques préjudiciables de la psychiatrie.

Chaque année les législateurs de l’État du Nevada sont confrontés à des centaines de dilemmes lors de leurs assemblés sur l’approbation de projets de lois. Il y avait parmi les projets de loi de cette année une proposition pour donner plus de liberté aux conseillers pédagogiques et aux psychologues afin d’offrir des services psychiatriques aux élèves dans les écoles.

Cependant, le projet de loi ne tenait pas compte de la violence provoquée par de nombreux médicaments psychiatriques qui sont communément prescrits lors de ces services. Une violence qui semble augmenter en parallèle avec la hausse des services psychiatriques dans les écoles.

Et si l’on tient compte de Stephen Paddock, l’auteur de la fusillade qui a tué 58 personnes en 2017, et qui était sous Valium, il y a de nombreuses raisons de tirer la sonnette d’alarme dans le Nevada.

Une autre zone de préoccupation majeure en ce qui concerne la réduction de la violence et du suicide est celle de l’électroconvulsivothérapie (ECT). Elle peut causer de la peur, de l’anxiété, de la confusion ainsi que des hallucinations, et ce ne sont que quelques uns des « effets secondaires ».

Pour sensibiliser les gens sur ces problèmes dans le domaine de la santé mentale, la CCDH a ouvert une exposition itinérante, Psychiatrie : la vérité sur ses abus, dans le Capitole de l’État du Nevada, à Carson City, pendant la 80e séance du corps législatif.

Dûment, trois législateurs de l’État du Nevada étaient présents pour l’inauguration de l’exposition et après deux jours d’exposition elle a été visitée par 150 législateurs ainsi que leurs assistants et des lobbyistes, et ils ont vu la vérité sur les dommages causés sous le couvert « d’aide ».


NOUS AIMERIONS vraiment AVOIR DE VOS NOUVELLES

Ceux qui ont visité les expositions itinérantes de la CCDH dans le monde entier partagent leurs histoires personnelles et tragiques ainsi que leurs prises de conscience.

EMPLOYÉ DU GOUVERNEMENT, ARIZONA, ÉTATS-UNIS

« J’avais besoin d’informations car le docteur de mes enfants voulait les mettre sous psychotropes pour hyperactivité. Je cherchais une solution alternative. Je suis reconnaissant que votre exposition confirme ce que je pensais au sujet des drogues psychiatriques. »

DIRECTEUR D’ÉCOLE, JAPON

« Tant d’enfants sont étiquetés comme ayant des troubles du développement et sont drogués avec des psychotropes. Ces enfants peuvent aller mieux si l’on prend soin d’eux et s’ils vont dans un environnement approprié. Nous devons sauver les enfants des drogues psychiatriques. »

SURVIVANTE DE L’HOLOCAUSTE ET PRÉSIDENTE DE L’ASSOCIATION DES FEMMES JUIVES À DRESDEN, ALLEMAGNE

« Jusque récemment, je n’avais pas fait le lien entre le destin tragique de ma famille et ce qui était montré à l’exposition. L’Allemagne de l’est et de l’ouest dissimulait le lien entre l’extermination nazie et les recherches psychiatriques sur l’hérédité. Cela explique le raisonnement pseudo-scientifique de l’extermination de ceux soi-disant “indignes de vivre”. »

INFIRMIÈRE, HÔPITAL BERLIN CHARITÉ, ALLEMAGNE

« Les psychiatres sans scrupules ont entraîné mon enfant vers sa perte. Traumatisé par une attaque brutale, mon fils a été chercher de l’aide dans un hôpital psychiatrique. Il n’est resté à l’hôpital psychiatrique que pendant 22 heures, mais cela a détruit sa vie. Il y est allé de sa propre volonté, mais fut empêché de sortir pendant 9 heures et bourré de psychotropes contre sa volonté. J’ai insisté pour qu’il soit immédiatement libéré, mais il était encore fortement sous psychotropes. Il est allé se promener dans cet état, et s’est retrouvé sur une voie ferrée où il a été percuté par un train à grande vitesse. Il est mort après le traitement forcé dans l’hôpital. Malheureusement j’ai eu une expérience personnelle similaire à celle que dénonce la CCDH... la psychiatrie : la mort au lieu d’aide. »


FAITS

UN REGARD SUR L’ANNÉE PASSÉE

L’année dernière a apporté une expansion au message de la CCDH. Voici les faits :

502 022

LIVRETS

distribués divulguant la vérité derrière les abus dans le domaine de la santé mentale

118

PAYS

depuis lesquels des commandes pour la documentation de la CCDH ont été placées

157

MILLIONS

de personnes ont été sensibilisées par les médias qui ont dévoilé la source véritable des abus dans le domaine de la santé mentale

20 920

PERSONNES

ont visité l’exposition de la CCDH, La psychiatrie : la vérité sur ses abus, à Hollywood en Californie, cette année

1 853

RASSEMBLEMENTS

contre les abus psychiatriques ont été organisés pour donner une voix à ceux qui n’en n’ont pas



METTRE UN TERME AUX MAUVAIS TRAITEMENTS

En tant qu’organisme de vigilance à but non lucratif dans le domaine de la santé mentale, la CCDH compte sur les adhésions et les dons pour remplir sa mission : mettre fin aux violations des droits de l’homme commises par la psychiatrie et assainir le domaine de la santé mentale. Pour participer au plus grand mouvement international pour la réforme de la santé mentale, rejoignez le groupe qui a aidé à promulguer plus de 180 lois visant à protéger les gens des mauvais traitements dans le secteur de la santé mentale.

TÉLÉCHARGEMENTS