UN ANNIVERSAIRE MÉMORABLE : LA CCDH CÉLÈBRE 50 ANNÉES D’ACCOMPLISSEMENTS

Le gala du 50e anniversaire de la CCDH
Le producteur/directeur Kevin Miller accepte de la CCDH le prix des droits de l’Homme
L’avocat texan Andy Vickery accepte de la CCDH le prix des droits de l’Homme.
Le gala du 50e anniversaire de la CCDH (en haut) ; le producteur/directeur Kevin Miller (en haut, à droite) et l’avocat texan Andy Vickery (en bas, à droite) acceptent de la CCDH le prix des droits de l’Homme.
La CCDH a célébré son 50e anniversaire en grand style, en passant en revue l’historique de sa protection des droits de l’Homme, et elle a salué ses partenaires en leur remettant son prix des droits de l’Homme.

Des défenseurs des droits de l’Homme, des législateurs, des médecins, des avocats et des responsables municipaux et civiques se sont réunis à l’Hôtel Langham Huntington à Pasadena, en Californie, le 13 avril 2019, pour célébrer le 50e anniversaire de la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme (CCDH) et pour assister à sa cérémonie de remise du prix des droits de l’Homme.

La CCDH a reçu à l’occasion de cet accomplissement important des dizaines de proclamations officielles et de lettres de félicitations témoignant des nombreux résultats de la CCDH dans le domaine des droits de l’Homme.

Allison Folmar, avocate des droits civiques à Detroit et membre le plus récent du conseil consultatif de la CCDH, a saisi l’occasion pour demander qu’il y ait « une multitude d’avocats » pour soutenir les actions de la CCDH. Elle a salué « la CCDH pour ses 50 années de lutte pour la justice et la liberté dans le système de la santé mentale ».

Chaque année, la CCDH décerne son prix des droits de l’Homme aux personnes qui ont démontré un courage exemplaire dans la lutte pour la restauration des droits de l’Homme fondamentaux dans le domaine de la santé mentale. Parmi les bénéficiaires de cette année, il y avait l’avocat texan Andy Vickery, qui depuis plus de 30 ans, confronte les laboratoires pharmaceutiques à leurs responsabilités concernant les psychotropes qui incitent à la violence et au suicide. Il a gagné un jugement qui crée maintenant un précédent pour d’autres jugements similaires. Ce jugement portait sur un homme qui, après avoir pris un antidépresseur, avait tué trois membres de sa famille et s’était ensuite donné la mort, et le jury avait déterminé le lien de cause à effet entre l’antidépresseur et ce comportement violent. En acceptant le prix de la CCDH, Andy Vickery a dit que la CCDH transmet « la vérité au pouvoir, à savoir qu’elle transmet une vérité impopulaire, mais essentielle, aux gens au pouvoir qui ne veulent pas nécessairement l’entendre ». Il a félicité la CCDH pour « son dévouement et sa ténacité » et a salué les actions qu’elle entreprend. L’autre lauréat était Kevin Miller, écrivain, producteur et directeur, qui a mis en lumière les dommages profonds et effrayants des psychotropes dans ses documentaires inimitables Generation Rx et Letters from Generation Rx.

La CCDH a été cofondée en 1969 par des membres de l’Église de Scientology et le feu professeur de psychiatrie, Dr Thomas Szasz, qui a dit : « La tâche que nous nous sommes posée, de lutter contre la coercition psychiatrique, est importante. C’est une noble tâche dans la poursuite de laquelle nous devons persévérer, quels que soient les obstacles. Notre conscience nous le dicte. »

Depuis 50 ans, la CCDH lutte contre les mesures de contrainte psychiatrique, en coopération avec ses nombreux partenaires dans le monde entier. Elle a l’intention de continuer les 50 prochaines années à faire régner la justice dans le domaine de la santé mentale. Voir Un aperçu de cinq décennies de victoires pour en savoir plus sur l’historique des résultats de la CCDH dans la poursuite de ce but.



Si vous connaissez quelqu’un qui a été victime d’abus psychiatriques, envoyez votre témoignage à la CCDH dès aujourd’hui.

PASSER À L’ACTION
Protégez les gens contre les abus psychiatriques

La mission de la CCDH est d’éradiquer les abus commis sous le couvert de la santé mentale et de faire promulguer des lois de protection des patients et des consommateurs pour le bien de tous.

La CCDH reçoit des rapports de personnes qui ont été maltraitées après avoir sollicité l’aide de psychiatres et/ou de psychologues, et qui ont reçu un faux diagnostic et ont été forcées de subir des traitements psychiatriques non désirés et dangereux. Cela peut inclure des psychotropes connus pour engendrer des effets secondaires graves, l’hospitalisation d’office ou des électrochocs.

La CCDH est souvent en mesure d’aider les gens à porter plainte ou à travailler avec leurs avocats pour enquêter davantage sur leur cas.

Si vous êtes une personne dont la mère, la femme, la sœur, le père, le frère, le fils, l’enfant ou un ami a été tué ou a subi des dommages à cause de « traitements » psychiatriques, veuillez nous envoyer tous les détails et toute preuve pour les documenter sur CCDH-France.fr/abus. Toutes les informations reçues seront traitées dans la plus stricte confidentialité.

Aidez-nous à mettre fin aux abus psychiatriques. Rapportez-les dès aujourd’hui.


METTEZ FIN AUX ABUS

En tant qu’organisme de vigilance à but non lucratif dans le domaine de la santé mentale, la CCDH compte sur les adhésions et les dons pour remplir sa mission : mettre fin aux violations des droits de l’Homme commises par la psychiatrie et assainir le domaine de la santé mentale. Pour participer au plus grand mouvement international pour la réforme de la santé mentale, rejoignez le groupe qui a aidé à promulguer plus de 180 lois visant à protéger les gens des mauvais traitements dans le secteur de la santé mentale.

TÉLÉCHARGEMENTS