LA PSYCHIATRIE : AMIE OU ENNEMIE ?

Le documentaire de la CCDH Australie, Psychiatrie : amie ou ennemie ? a été produit pour dénoncer les 9 milliards de dollars dépensés pour l’industrie de la santé mentale.
Après une augmentation de la consommation de psychotropes, la CCDH Australie a sensibilisé14 % de la population du pays avec un documentaire qui fait réfléchir.

L’Australie a une population de 24,1 millions, pourtant plus de 35 millions d’ordonnances pour des psychotropes sont écrites chaque année. C’est 9 milliards de dollars dépensés annuellement pour la santé mentale.

Pour contrer cela, la CCDH Australie a réalisé le documentaire appelé Psychiatrie : amie ou ennemie ? L’histoire cachée des drogues psychiatriques Il met à nu la psychiatrie australienne qui a commencé dans les années soixante avec la thérapie tristement célèbre du « sommeil profond. » Cette pratique a tuer 24 patients en 16 ans. Les patients étaient dans un état comateux jusque pendant 14 jours durant lesquels des doses importantes de psychotropes étaient administrées et ils recevaient en même temps de nombreuses séances d’électrochocs. Une Commission Royale du gouvernement a été chargée de l’enquête sur les abus psychiatriques. Elle a décrit l’inventeur du « sommeil profond, » Harry Bailey, comme « sournois et sans scrupule. »

En dépit de l’enquête de la Commission royale, les psychiatres australiens continuent leurs pratiques destructives. Les victimes de la psychiatrie se voient prescrits des psychotropes fondés sur des évaluations arbitraires avec 90% des psychiatres incapables de se mettre d’accord sur un diagnostic.

La BBC a pris 10 volontaires, dont la moitié avait déjà été diagnostiqués avec un trouble mental, pour recevoir une consultation par trois experts de la santé mentale afin de déterminer leur syndrome. Après une semaine d’observation moins de la moitié de leurs évaluations étaient correctes. Les troubles mentaux viennent du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, et sont créés par vote, non pas par une étude scientifique ou basés sur des preuves. Aileen Wright, une infirmière psychiatrique a déclaré : « Les gens aiment ajouter une étiquette, parce qu’alors ils peuvent regarder dans leur livre et dire : “Voilà le médicament pour ce problème, donc maintenant je sais comment le traiter.” »

De 1993 jusqu'à 2012, le gouvernement australien a vu 505% d’augmentation des dépenses pour des antidépresseurs, 5 035% de plus pour les antipsychotiques et 12 016% de plus pour des stimulants. Quels sont les effets des psychotropes sur les patients ? Barbara Schmidt, une assistante sociale a dit : « Tout d’un coup, ils ne peuvent plus profiter pleinement de la vie, ils ne peuvent plus vraiment sentir cette joie quand ils voient leurs enfants. »

« Les gens aiment ajouter une étiquette, parce qu’alors ils peuvent regarder dans leur livre et dire : “Voilà le médicament pour ce problème, donc maintenant je sais comment le traiter.” »

Ajoutez à cela les effets secondaires parfois meurtriers ou suicidaires. On a recommandé à une mère de faire suivre son fils après qu’il ait eu un déboire avec sa petite amie. Après cinq minutes le psychiatre en est venu à la conclusion : « Il semblerait qu’il soit déprimé et je vous recommande du Prozac. » En un mois, il n'était plus le même. « Je pouvais à peine reconnaître mon fils. L’enfant qui avait été bon et doué à l’école, qui aimait et avait de la compassion et qui était populaire avait été transformé en un enfant qui ne voulait plus aller à l'école, qui était devenu agressif et colérique en permanence. Encore et encore je suis allée voir les services de santé mentale et j’ai dit : « Je ne veux plus qu’il soit sous Prozac », et la réponse du psychiatre a été de me dire que je devrais arrêter de lire les recherches et que je devrais m’abstenir de tout commentaire, qu’il était le médecin et que j'étais une mère et que je devais faire confiance au jugement d’un professionnel, » a déclaré sa mère. Son fils s’est pendu dans le garage.

Le documentaire, La Psychiatrie : Amie ou Ennemie ? a été promu à la télévision et au cinéma, ainsi qu’avec des annonces dans les journaux et sur internet. Tous les articles promotionnels dirigeaient le public sur le site web de la CCDH Australie pour regarder le documentaire. Tout cela a été renforcé par une campagne nationale de la Psychiatrie : amie ou ennemie ? Des DVD ont été envoyés à ceux qui avaient été directement touchés par l’industrie psychiatrique et de grandes institutions. La CCDH Australie a sensibilisé plus de 14% de la population australienne avec la vérité sur les abus psychiatriques.


METTONS FIN AUX ABUS PSYCHIATRIQUES.

En tant qu’organisme de vigilance à but non lucratif dans le domaine de la santé mentale, la CCDH compte sur les adhésions et les dons pour remplir sa mission : mettre fin aux violations des droits de l’Homme commises par la psychiatrie et assainir le domaine de la santé mentale. Pour participer au plus grand mouvement international pour la réforme de la santé mentale, rejoignez le groupe qui a aidé à promulguer plus de 180 lois visant à protéger les gens des mauvais traitements dans le secteur de la santé mentale.

TÉLÉCHARGEMENTS